Séverine Fromaigeat


Illusionniste, Valentina Pini est passée maître dans l’art des apparences trompeuses. Son univers esthétique est construit sur l’ambivalence et sa démarche procède par décalage. Se servant de substances volatiles et périssables, l’artiste recouvre des formes simples dont la perception immédiate est alors altérée. Sous ses doigts, la réglisse de notre enfance prend l’allure de branches d’arbre calcinées, le chocolat devient morceau de bois et le sucre glace se transforme en marbre aux veines apparentes. Ces œuvres sont autant d’hybridations entre le synthétique et l’organique, l’archaïque et l’éphémère, le primitif et l’élaboré, le fragile et le solide. Dans ce jeu de confrontation entre des formes et des textures antinomiques, Valentina Pini ouvre une porte où le visible se dérobe à l’entendement.

Publié dans TEXTS